Depuis le temps que je voulais y retourner... dans cette ville rêvée si souvent, ville aimée de mes vacances d'enfant, ville souvenir d'une autre méditerranéenne où je n'ai jamais accosté mais que j'ai quitté sans en garder la moindre image ou odeur ou son...Alger.

Dans mes rêves quand il s'agit d'Alger, je vois Marseille, point d'arrivée de ma famille en 1962. J'avais à peine un an. Et si mes parents ont poursuivi le voyage toujours plus au Nord, ma grand mère maternelle et mes 2 tantes y sont restées. Et c'est là que j'ai découvert tant de choses qui aujourd'hui m'aident à vivre: lecture, musique, opéra, photo, musées...et cette ville Marseille qui m'a accueillie si jeune,je n'y étais pas retournée depuis 1997, malgré quelques projets de séjour très vite avortés. Un bail!!

Alors cette dernière semaine d'août, un immense besoin de chaleur solaire et humaine, une indicible envie de me plonger dans la grande bleue et dans ce monde grouillant de sonorités, d'odeurs, de visions qui me manquent tant là où je vis! J'ai été servie plus que je ne l'espérais. J'ai enfin pu passer de l'autre côté du Vieux Port, zone interdite par mes tantes qui ne voulaient pas qu'il m'arrive malheur en trainant dans ces lieux mal famés, à l'époque!

Et j'ai loué avec Florent un studio en plein quartier du Panier, et j'ai visité ces lieux avec un plaisir non feint. Je me suis emplie des bruits de la rue, des odeurs de poissons, de la gouaille "avé l'assent de Marseïlleu". J'ai dégusté des mets dont je pensais avoir oublié le goût, j'ai croisé un poulpe en plongée, j'ai ri dans les vagues avec mon fils, j'ai bavardé avec les serveurs des restos et cafés de la place de Lenche dont nous avions fait notre QG pour café, apéro supions frits ou pizza!

Quel bonheur, ces vacances pourtant si courtes! Maintenant je sais que j'y retournerai pour continuer mes visites, mais que je n'y vivrai certainement jamais, tant il me parait inconcevable de pouvoir y reconstruire un réseau social aussi conséquent que celui que je me suis construit à Lyon!

Mais j'y retournerai pour me replonger dans un monde qui me semble être le plus proche de cette autre ville, Alger, que j'ai quitté en toute méconnaissance de ce qui s'y déroulait. Mon histoire méditerranéenne n'est pas algéroise mais marseillaise et cette magnifique ville la représentera à mes yeux, mes oreilles, et mon coeur, dorénavant.

 

cath calanques aout 2014

P1040663

2014-08-24 18

2014-08-27 11

2014-08-25 16