fossati

Photo piquée sur un des blogs de l'intéressé sans son autorisation. Si je dois l'ôter, je le ferai sous certaines conditions...mouarf!!! ;-))

Oui je suis allée sur l'île de la tentation. Pas une île entourée d'eau avec les palmiers et le sable chaud, où des couples crétins se font filmer dans leurs ébats tout en jurant les grands dieux qu'ils ne cèderont pas à la tentation et délivrez moi du MÂLE!

Pourtant Marcus m'avait prévenu, mais je suis une femme de défi. Non je ne craquerai pas devant le tentateur en chef et ses sbires! Je sais dire non, je sais ce que j'ai à faire et à dire! Non!!

Après maints tours, retours et contours pour découvrir ce paradis, je me suis enfin posée sur les rives de son palais. A peine entrée, le maître des lieux, tentateur en chef, m'a fait visité son antre, embaumé de parfums suaves, de douceurs diverses, de couleurs pastels ou éclatantes. Je dois dire que le tentateur savait y faire, me vantant les mérites du lieu et de ce qui s'y trouvait. Après m'être mise sur la pointe des pieds, malgré mes talons et mon mètre septante trois, pour lui faire un bisou chaste sur la joue ( bon ok 2 bisous), il m'a entraîné dans son domaine privé où se distillait une musique agréable, certes, parfois entrecoupée de sursauts surprenants qui pimentaient l'écoute. Il m'a faite asseoir, dans un canapé très bas pour certainement s'assurer que je ne quitterai pas les lieux précipitamment ( ben vi, cathiminie est arthritique), tandis qu'il se calait bien droit dans un petit fauteuil, tout en discourant de façon charmante et drôle, avec beaucoup plus de "retenue" que ses écrits, lus auparavant, n'en laissaient paraître. Sous le charme de ses mots, je lui donnais les miens et sans que je m'en sois rendue compte, la première tentative venant ébranler mon serment de dire NON a eu lieu. Il faut dire qu'il a su m'amadouer en me parlant de sa profession, de ses passions, de ses goûts, bref de sa vie trépidante et de ses talents, faisant tomber les barrières de ma timidité naturelle ( ben oui rigolez pas suis une grande timide moi!)

Et là...devant moi tout à coup... il l'a fait! Un parfum délicat, fruité,précieux, une couleur jaune pâle d'où s'envolaient et tourbillonnaient des milliers de petites bulles. Me noyant de paroles, et me laissant emporter par un discours agréable et riche d'échanges, mes lèvres se sont plongées dans ce nectar, sans que n'effleure à ma pensée le souvenir de mon serment de ne pas craquer! Qui a osé mettre l'envie et la gourmandise comme péchés capitaux!!! Je ne suis pas une nonne, menant une vie de contrition et de sacrifices. Et pour me justifier, un petit verre de champagne aussi délicieux ne pouvait mettre en péril mes sages résolutions d'amaigrissement.

Mais le fourbe ne s'est pas arrêté là! (à ma plus grande joie mais chut ça reste entre nous)...et là j'avoue tout! J'ai perdu les pédales. Au diable les bonnes résolutions, mon éducation de femme bien élevée, mes serments de maigritude ( je sais que c'est à la mode les mots en "tude" et mon hôte aime la daurade, non! Comprenne qui pourra!) Enfin bref, ce fut l'orgie!!! Mouarfff!

Orgie de mots, de rires, d'échanges, de découvertes émotionnelles et gustatives, au point que, pour achever l'oeuvre satanique qu'il avait entrepris, j'ai du appeler mes parents pour renoncer à leur rendre visite à l'heure du souper, et répondre à l'invitation de mon hôte diabolique et charmant. Un pique-nique (et que les esprits mal intentionnés et résolument friands d'histoires salaces arrêtent de lire, le pique nique fut culinaire "punkt schluss" comme disent mes "compatriotes suisses allemands"...mais non je n'ai pas l'esprit mal tourné, moi!!)

Que mon hôte. s'il lit, ne se sente pas offensé du terme utilisé pour évoquer les déliciosetés qu'il m'a offertes de goûter...Argh...j'en salive encore...mmmm...le jambon de Parme...mmmm...le vin rouge...mmmm...les orchi...bref les pâtes au nom imprononçable accommodées de façon excellente et raffinée, le fromage goûtu à souhait, le tiramisu léger comme une plume...oui j'ai bien dit léger!!! Et le panettone...du coup j'en ai ramené deux en Suisse! Des panettones bien sûr....m'enfin!

Bref comment ne pas s'abandonner totalement aux plaisirs de la bouche, tout en discourant de façon aussi intéressante que volubile! Et je vous garantis que ni l'un ni l'autre n'avons fait le moindre effort pour trouver des sujets de conversations.(enfin j'espère qu'il n'en a pas fait...un doute m'habite soudain!;-))

Va de retro langues de vipères qui me savent bavardes...il a pu en placer plus d'une, (Pascal, ne lit plus à partir d'ici où je vais te faire rougir) et j'ai retrouvé le caractère touchant, créatif, débordant d'énergie, sensible, intelligent que j'avais cru percevoir au travers de ses écrits....(bon j'arrête là parce qu'il va s'imaginer que je lui fais du gringue pour avoir le plaisir de déguster encore et gratos ses merveilleux  nougats de sicil frutti aux amandes et pistaches, et ses amaretti, qu'il avait eu la délicatesse de glisser discrètement dans mon sac...mmmm!!! A tomber!!!)

Vraiment, une étape dont je garderai un souvenir plus qu'agréable et pas seulement parce que chez Pascal j'ai bien mangé, j'ai bien bu, j'ai la peau du ventre bien tendue...merci grand Pascal de ton accueil, de ta gentillesse et d'être ce que tu es. Je continuerai à te lire mais en sachant maintenant qui se cache derrière ces mots.